Après une première carrière professionnelle dans un monde merveilleux où la vie était facile, Caroline & Gauthier Moncel décident de consacrer tout leur temps à leur passion commune : la cuisine et le vin.

En 2006, ils entament une reconversion à l'école Ferrandi. CAP de cuisinier en poche, les hasards de la vie les amènent à devenir  chefs privés sur des tournages de cinéma ou pour des marques de champagne. Chemin faisant, l'idée d'ouvrir un restaurant se précise et, après quelques expériences au sein de brigades chamoniardes puis parisiennes, naissent Les Grandes Bouches : gastro-pub, néo-bistrot, cantine rustico-chic, sophistroquet ... chacun choisira son étiquette pour qualifier ce lieu chaleureux et convivial où le produit est roi et où ils donneront libre court à leur inspiration culinaire dans la bonne humeur et avec une gourmandise contagieuse.

Après huit années, ils choisissent de passer la main à de jeunes cuisiniers talentueux désireux de développer et de faire connaître leur univers culinaire avant de se lancer en ouvrant leur propre restaurant. 

 

Ainsi naissent Les Résidents, table ouverte aux chef.fe.s d'ici et d'ailleurs et désireuse de vous faire découvrir des univers culinaires singuliers. 

Les beaux jours en terrasse
Les beaux jours en terrasse

press to zoom
Une table au calme
Une table au calme

press to zoom
Caroline & Gauthier
Caroline & Gauthier

press to zoom
1/6

Un restaurant, des chefs 

Photo © Julie Limont

Kevin Maura
avril-juillet 2022

Kevin Maura - 1.jpeg

Kevin est né à La Teste de Buche en région bordelaise. Son père cuisinier devenu maraîcher ne l’a pas forcément poussé dans cette voie difficile qu'est la cuisine mais, à l’adolescence, il baigne naturellement dans l’univers des marchés de producteurs où il l’accompagnait pour vendre ses légumes. L'occasion de goûter, ici un bon fromage fermier, là une viande bien élevée et bien maturée. Son goût des bons produits s'affine et la  vocation commence à naître. Suffisamment pour qu’il intègre le lycée hôtelier d’Arcachon et qu’il s’y sente d’emblée à sa place. Il sera cuisinier. En parallèle, il continue à découvrir le métier de producteur et d'artisan au plus près en travaillant à ses heures perdues avec un cousin ostréiculteur sur le bassin.


Kevin aime deux choses dans la cuisine, les produits et le partage. Lui et nous, ça fait quelques mois qu’on partage. Lui en client devenu régulier, curieux de découvrir la partition de chacun de nos chefs-résidents, nous en hôte à l’écoute de ses envies et de la façon dont il envisageait la suite de son parcours. Un parcours construit patiemment auprès de chefs formateurs  comme Jean-Luc Rocha au Château Cordeillan-Bages, ou Olivier Nicolau du restaurant Arraditz, près de Pau. C’est avec ce dernier, dont il deviendra le sous-chef qu’il a le plus appris, en découvrant la façon de tirer le meilleur de ce fantastique terroir qu’est le Béarn. Puis, il rejoint Paris et le St James Club, sous la houlette d’Adrien Brunet, puis de Julien Dumas. A la fin de l’année dernière, il saisit l’opportunité qui s’offre à lui en devenant chef-exécutif du 110 Taillevent, avant de se

rendre compte que ces grandes maisons qui lui ont permis de devenir le cuisinier qu’il est, ne correspondent plus vraiment à ses aspirations profondes : faire sa cuisine dans un lieu qui lui ressemble.

 

Avant de se lancer dans cette grande aventure, il nous fait le plaisir d’une résidence printanière avec une belle envie de tirer le meilleur de ce que nous offre l’arrivée des beaux jours, avec pour commencer les asperges blanches et vertes, les premiers petits pois et fèves ou la rhubarbe. Menu à découvrir dès mardi !

Photo © Julie Limont

... Ils sont passés par là

Geoffrey Degros - 1.jpeg

Geoffrey Degros
Janvier-mars 2022 

Jeune chef précoce, sensible et instinctif, celui qui fût le benjamin de la saison 2018 de Top Chef, a développé un sens des produits et la nature auprès de chef comme Emmanuel Renaut, Les Flocons de Sel***, à Mégève, chez qui il a été stagiaire, ou Thomas Benady, de l'Auberge Sauvage, dont il a été second dans son restaurant parisien, Orties.

Pendant les trop courtes semaines de sa résidence, il nous a fait aimer cette cuisine qui balance entre ses racines belges et coréennes. Car même si l'asian touch reste le marqueur incontourable de ses assiettes, avec cet inoubliable Korean Corn Dog et son ketchup au fruit de la passion, il a su étonner en revisitant l'emblématique "Moules / frites" ou son sublime dessert mariant la bergamote et les argumes avec les algues et cet ingrédient que nous n'avions encore jamais découvert : le plancton !

A suivre sans réserve dans sa prochaine aventure, l'ouverture de son premier restaurant à Orléans.

Et vous, serez-vous notre prochain chef-résident ? En savoir plus